Le site de l'Association ALTEA CABESTAN

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les bénévoles au boulot

Envoyer Imprimer PDF

Sud ouest le 7 septembre 2013

Les bénévoles au boulot

notamment responsable du Secours catholique à Rochefort depuis sept ans (elle est aussi vice-présidente de la nouvelle structure d’accueil Altea Cabestan). Elle ne le dit pas mais c’est un sacerdoce.

Les bénévoles au boulot

Rendez-vous cet après-midi pour cette vitrine de la vie associative. L’occasion d’y rencontrer des hommes et des femmes motivés et généreux.

  • Les bénévoles au boulot
  • Les bénévoles au boulot
    Tous bénévoles pour une passion ou une bonne cause : Nicole Grzesiak pour le Secours catholique, Georges Ingrand (au centre) pour Vélo pour Tous, Gérald Braud pour le Rochefort Basket Club et Michel Degorce-Dumas pour Cinéma des ailleurs. © Photo
    Photos «sud ouest »
  • Les bénévoles au boulot
  • Les bénévoles au boulot
  • Les bénévoles au boulot
  • Les bénévoles au boulot
    Tous bénévoles pour une passion ou une bonne cause : Nicole Grzesiak pour le Secours catholique, Georges Ingrand (au centre) pour Vélo pour Tous, Gérald Braud pour le Rochefort Basket Club et Michel Degorce-Dumas pour Cinéma des ailleurs. © Photo
    Photos «sud ouest »

    Cela ne relève pas de la religion, mais ces femmes et ces hommes-là ont la foi ! Sans bénévoles, pas de clubs sportifs, d’associations caritatives, de chorales ni de jardins partagés. Vous ne feriez ni foot ni aéromodélisme, les plus défavorisés ne recevraient pas en urgence un repas ou quelques habits, vous militeriez seul contre la faim dans le monde… Les bénévoles, des gens à chérir !

    Mais qu’est-ce qui peut bien les faire courir ? « J’ai toujours aimé le contact, être avec les autres », résume Colette Palus, présidente de la Clef de sel, système d’échanges de services, de savoirs et de produits. À plus de 70 ans, cette bénévole hyperactive ne s’arrête jamais. « On y croit. On pense que nos actions sont porteuses d’espoir. » Adhérente à la Clef de sel depuis 1996 et responsable depuis trois ans, Colette Palus ne compte pas ses heures. Réunions, permanences, courriers, repas, sorties… Pas un jour sans qu’elle ne soit sollicitée. Ancienne cadre infirmière, Nicole Grzesiak est notamment responsable du Secours catholique à Rochefort depuis sept ans (elle est aussi vice-présidente de la nouvelle structure d’accueil Altea Cabestan).

    Elle ne le dit pas mais c’est un sacerdoce. Elle coordonne une quinzaine de bénévoles, organise de multiples réunions avec la ville et des associations partenaires pour défendre des dossiers et tient à l’occasion les permanences. Son téléphone personnel sonne très souvent. « On est toujours sur le pont, toujours sollicités. Mais je me suis prise au jeu. Il y a un besoin. On a le sentiment de servir à quelque chose », dit-elle.

    À chacun sa cause

    Michel Degorce-Dumas a choisi de défendre la culture des peuples du Pacifique. Président de l’association Cinéma des ailleurs, il consacre huit mois de l’année à l’organisation d’un festival de cinéma. Il en est le coordonnateur, monte à Paris pour trouver des financements et s’occupe de la communication. « C’est vrai, c’est un combat. Notre festival n’est pas partisan mais engagé. Il s’agit de faire connaître des zones du monde peu médiatisées et de casser des clichés. Je fais à la retraite ce que j’ai toujours rêvé de faire pendant ma carrière : m’occuper de culture et d’outre-mer », explique-t-il.

    Sportif, culturel ou solidaire, le bénévolat c’est une question de passion, disent tous ceux que nous avons interrogés. « J’ai toujours eu la passion du vélo. Voilà ! », explique humblement Georges Ingrand, président de Vélo pour Tous. Un engagement tellement naturel qu’il ne se l’explique pas. Dossiers de circulation à défendre, gravage des vélos, des sorties et bientôt une vélo-école pour les adultes, c’est beaucoup du temps de sa retraite qui y passe.

    La plupart convient que c’est parfois « pesant » ou « lourd ». Mais aucun ne regrette cette énergie dépensée. « C’est tout un cheminement. La question de mon engagement s’est posée lorsque j’ai entraîné les jeunes. Il y a des gens qui se sont occupés de moi entre 8 et 20 ans. Ils m’ont appris le sport et la vie en collectivité. J’ai voulu à mon tour faire ma part », explique Gérald Braud, président depuis dix ans du Rochefort Basket Club. Avec 220 licenciés, 17 équipes et deux salariés, le club doit être géré comme une petite entreprise.

    Et preuve que le bénévolat est une affaire sérieuse, il est de plus en plus demandé aux associations et aux clubs de comptabiliser leurs heures. Gérald Braud l’a fait minutieusement. « 12 000 heures par an en comptant les entraînements, les matchs, les réunions. Imaginez si l’on devait rétribuer ces heures ! Vive le bénévolat ! », sourit le président. On n’aurait pas dit mieux.

    Pratique. Forum des associations, aujourd’hui de 14 heures à 19 heures au gymnase du Polygone. Entrée libre. Accueil des nouveaux Rochefortais le matin et réception à la mairie à 12 heures.

    Agnès LANOËLLE

    Vous êtes ici ... Altéa Cabestan >> Revue de presse >> Les bénévoles au boulot